Les yeux de ma mère dans les terres autrefois brulées. Le visage encore charbonné de ma mère me rappelle l’ampleur de l’incendie volontaire qui a dû cramer l’image du noir. Noir aux yeux des noirs bien avant le jour où tu m’as donné naissance. Je replonge encore et encore dans tes yeux en pyromanes pour atteindre la conscience des multiples fois où tu as sauvé ma peau. A travers le temps de vies, un passage de flambeau comme une lanterne éclairant le présent pour frayer le chemin vers un futur rêvé de humanité.